Frage von AnjaSch17, 74

Kann bitte jemand mein Resume korrigieren, es geht um 3 Seiten eines Romans?

Le texte, un extrait d'un roman intitulé Germinal, d'Emile Zola. Etienne Lantier est le héros du roman. Le texte traite la grève des mineurs d'Anzin, en 1884. L’auteur expose la situation les mineurs qui protestent contre leurs bas salaires. Lors d'une grève des mineurs escaladent de la situation. La foule commence á leur jeter des briques. La direction des mines appelle l'armée pour tenir á distance les manifestants. Mais le porion Richomme désirés arbitre de conflit entre les soldats et les mineurs. Il ne parvient pas à calmer la foule. La colère enfle dans les rangs des grévistes et la grêle des briques deviennent plus drue. La Maheude engage son mari, aussi jeter des briques. La foule prise de panique et la pluie des briques redoublait. Plusieurs d'hommes étaient blessés. La situation s'aggrave et les soldats font feu. La révolte des mineurs affamés est arrêtée. La foule béante restait immobile et des cris déchirants s'élevèrent. Un grand nombre des ouvriers meurent, dont Maheu. Lorsque tout semblait terminé, le dernier coup partit, isolé, en retard et Maheu frappé en plein cœur. Dans le texte, la scène éprouvante représente particulièrement dramatique. Etienne n'est pas été tué. C'est le désastre nombre de blessés et nombre de morts. A la fin de texte partie, l’abbé Abbé Ranvier arrive de dire sa messe et prône la justice.

Hilfreichste Antwort - ausgezeichnet vom Fragesteller
von achwiegutdass, Community-Experte für Sprache & franzoesisch, 35

Le texte est un extrait d'un roman d'Emile Zola, intitulé Germinal. Etienne Lantier est le héros du roman. Le texte traite de la grève des mineurs d'Anzin, en 1884. L’auteur expose la situation des mineurs qui protestent contre leurs bas salaires. Lors d'une grève des mineurs, la situation s'exacerbe. La foule commence á leur jeter des briques. La direction des mines appelle l'armée pour tenir les manifestants à distance. Mais le porion Richomme désire se faire l'arbitre du conflit entre les soldats et les mineurs. Il ne parvient pas à calmer la foule. La colère enfle dans les rangs des grévistes et la grêle des briques devient plus drue. La Maheude engage son mari aussi à jeter des briques. La foule est prise de panique et la pluie de briques redouble. Plusieurs hommes sont blessés. La situation s'aggrave et les soldats ouvrent le feu. La révolte des mineurs affamés est arrêtée. La foule béante [béante geht hier nicht, was meinst du?] reste immobile et des cris déchirants s'élèvent. Un grand nombre d'ouvriers meurent, dont Maheu. Lorsque tout semblait terminé, le dernier coup est parti, isolé, en retard et Maheu a été frappé en plein cœur. Dans le texte, la scène éprouvante représente particulièrement dramatique. Etienne n'a pas été tué. C'est le désastre, il y a un grand nombre de blessés et de morts. A la fin de cette partie du texte, l’abbé Abbé Ranvier arrive pour dire sa messe et prône la justice.

Ich habe alles wieder ins présent (de narration) gesetzt, nur die Stelle mit dem Tod von Maheu nicht, weil du dich da auf Vorausgegangenes beziehst.

Kommentar von achwiegutdass ,

PS "la scène éprouvante représente particulièrement dramatique" macht keinen Sinn. Was willst du da genau sagen ?

Kommentar von claudeb ,

Alle Achtung! Es bleibt aber ein unklarer Punkt im 6. Satz des 1. Absatzes: la foule commence à leur jeter des briques: wer ist denn mit "leur" gemeint? Nicht etwa die Bergleute, oder? Entweder soll man die Beworfenen näher bezeichnen, oder aber "leur" einfach weglassen. So weiss der Leser, dass Ziegelsteine geworfen werden, ein Zeichen des Aufruhrs.

Kommentar von achwiegutdass ,

Danke für den Hinweis. ich hatte natürlich keine Zeit, den Roman noch mal zu lesen und habe mich auf Sprachliches beschränkt.  Ich würde auch meinen, dass die angemessene Lösung hier darin besteht, dieses "leur" einfach wegzulassen.

Kommentar von achwiegutdass ,

Herzlichen Dank fürs Sternchen ! :)

Antwort
von brido, 23



Le texte est extrait d'un roman intitulé Germinal, d'Emile Zola. Etienne Lantier est le héros du roman. Le texte traite de la grève des mineurs d'Anzin, en 1884. L’auteur expose la situation les mineurs qui protestent contre leurs bas salaires. Lors d'une grève des mineurs
 la situation escalade
. La foule commence à leur jeter des briques. La direction des mines appelle l'armée à tenir à distance les manifestants. Mais le porion Richomme désire un arbitre de conflit entre les soldats et les mineurs. Il ne parvient pas à calmer la foule. La colère enfle dans les rangs des grévistes et la grêle des briques devient plus drue. La Maheude engage son mari à aussi jeter des briques. La foule est prise de panique et la pluie des briques redouble. Plusieurs d'hommes sont blessés. La situation s'aggrave et les soldats font feu. La révolte des mineurs affamés est arrêtée. La foule béante reste immobile et des cris déchirants s'élèvent. Un grand nombre des ouvriers meurent, dont Maheu. Lorsque tout semblait terminé, un dernier coup est tiré,  isolé, en retard et Maheu est frappé en plein cœur. Dans le texte, la scène éprouvante représente particulièrement le dramatique. Etienne n'est pas tué. C'est un désastre, il y a un bon nombre de blessés et de morts. A la fin du texte l’abbé Abbé Ranvier arrive à dire sa messe et prône la justice.


Kommentar von achwiegutdass ,

Der Sinn eines solchen Beitrags ist mir schleierhaft. Du hast sehr viele Feher einfach stehen lassen, und "deine" Verbesserungen hast du meistens schamlos von meiner Korrektur übernommen. Rote Karte !

Antwort
von karst1611, 36

Unglaublich, dass das eine indogermanische Sprache ist ... Wie sind die Franken damals auf sowas gekommen?

Keine passende Antwort gefunden?

Fragen Sie die Community